Actual-Grand Large Emotion contraint à l’abandon

2 mai 2018 - 19:39

Ce mercredi en fin de journée, Yves Le Blévec a appelé la Direction de Course de Nice UltiMed pour l’informer d’une avarie de gréement (vérin hydraulique hors service) survenue sur Actual-Grand Large Emotion. Lors d’un virement de bord, le mât est parti sous le vent et l’équipage s’est rendu compte que le vérin commandant le système ne remplissait plus son rôle. Le trimaran naviguait alors à 1,5 mille dans le Nord-Est du cap de Saint-Tropez, dans un vent de Sud-Ouest de 6 à 8 nœuds et sur une mer plate. Après avoir sécurisé le gréement, Yves Le Blévec et son équipage ont pris la décision de rebrousser chemin et d’abandonner Nice UltiMed. En effet, compte tenu de l’avarie et des conditions météo attendues sur la suite du parcours (vent de 30 à 35 nœuds, rafales à 45 nœuds), le skipper jugeait impossible de poursuivre la course sans mettre l’intégrité du bateau et de ses équipiers en danger. 

Ne pas manquer Nice UltiMed

Pour rappel, Yves Le Blévec avait perdu son Ultime Actual le 14 décembre dernier, au large du cap Horn, lors de sa tentative de record du tour du monde à l’envers. Il avait malgré tout tenu à participer à Nice UltiMed et une course contre la montre s’était engagée pour trouver un bateau disponible pour l’événement. Son choix s’était finalement porté sur l’ancien Gitana 11, notamment vainqueur de la Route du Rhum 2006. Renommé « Actual-Grand Large Emotion » pour Nice UltiMed, ce trimaran avait brillé dans le petit temps en dominant le Prologue Région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur puis le Run d’Exhibition. 

Un duel au sommet

Ce soir, Nice UltiMed devient un duel au sommet entre les Ultimes de Francis Joyon (IDEC SPORT) et de Thomas Coville (Sodebo Ultim’), deux maxi trimarans aux performances proches et aux équipages affûtés. A 19h, ces bateaux se tenaient en moins d’un mille. Ils devraient la nuit prochaine franchir le premier point de passage à Marseille (Marque Région Sud-Provence-Alpes-Côte d’Azur). Les conditions deviendront alors de plus en plus musclées : les 300 milles séparant Marseille du Sud de la Sardaigne s’annoncent très rapides et les deux Ultimes devraient aligner des vitesses moyennes de l’ordre de 30 nœuds (55 km/h) dans une mer forte et courte.

Suivez-nous

Recevez les informations exclusives de Nice UltiMed